Archives pour l'étiquette imaginaire

collectif ôdébi

programmation 2016-2017

« Les textes ont été une nouvelle fois mis en danger, retournés par la pédale de boucle. Quelque chose de nouveau s’est crée dans la perturbation. Les textes lus en direct, ont été enregistrés dans une loop, sur deux pistes distinctes. Envoyer cette matière sonore, en jouant sur les deux pistes, en jouant avec les filtres et les effets, voilà une manière très mécanique de transformer le texte. L’utilisation de la pédale permet une autre écoute. Les mots d’un même texte se retrouvent différés, perturbés, les phrases déconstruites produisent d’autres sens. On retrouve le texte initial, mais avec des débordements. La pédale déconstruit et la part de hasard que génère cette action oblige à écouter autrement le texte en mouvement. L’insistance produite par la répétition des boucles fait entendre des chevauchements de voix, des silences résistants. »

in Cahiers de Poèmes n°74-75, juillet 2016

Naissance du collectif (Lire l’article en entier)
Et pourtant, tous, se sont retrouvés dans les tourbillons de l’improvisation poético-musicalo-corporelle. Un énorme n’importe quoi rempli de perles rares qui ne se vivront qu’une seule fois… De cette rencontre, est né le collectif Ôdébi…

Enjeux du collectif (Lire l’article en entier)
Un collectif artistique commence à voir le jour. Il interroge la poésie vivante par‐ fois turbulente dans sa dimension non maîtrisée, dans la multiplicité des sens, dans son rapport à l’imaginaire. Il interroge l’action culturelle d’ici et maintenant.

Rencontres avec un public

l’imaginaire

Si écrire c’est mettre la langue en travail, qu’est ce que l’imaginaire ? Quelles références théoriques ont travaillé le secteur écriture du GFEN ? 

Dominique Grandière (Lire l’article « Evaluer l’écriture ? Quel gaga ! Disoons… l’évoluer » )
Tout écrit n’est pas de l’écriture. Si écrire c’est partir à la recherche de sens inconnus, l’écriture est ce qui manifeste la trace de cette bousculade de l’ordre symbolique. Il n’existe pas de moyen technique de reconnaître cette trace. Le seul moyen, c’est le lecteur impliqué jusqu’au cou pour ce qui est du temps de l’atelier, parce qu’il est lui-même en train d’écrire.  (in « l’atelier d’écriture, le pouvoir d’écrire », 1993)

Michel Ducom (Lire l’article « L’animateur d’atelier d’écriture doit s’assumer créateur » )
Un des objectifs des ateliers du GFEN est de mettre en jeu l’imaginaire des gens, au sens où l’imaginaire c’est du symbolique perturbé par du réel. […]
Pour moi, le réel c’est ce qui échappe à l’homme, à sa pensée, à son langage, à sa théorisation. Le réel est donc objet de théorisations, mais aucune d’elle n’arrive à rendre compte de tous les mouvements du réel, ce qui oblige à inventer de nouvelles théories à partir des failles des théories précédentes. […] Pour simplifier ou pour compliquer, réel et inconscient sont sans doute le même concept pour des positions d’observateur différentes : l’une est celle de l’espèce humaine pensante, l’autre est celle du sujet engagé. Il est bien entendu que la notion de réalité, sur laquelle nous pouvons avoir mille prises n’est pas superposable à celle de réel qui lui, nous échappe définitivement, et que nous ne pouvons rencontrer que dans la perte totale du symbolique, quelque chose comme la jouissance, la folie ou la mort.
La réalité n’est pas réductible au réel : la réalité c’est le symbolique, l’ensemble des signes et des langages, des rôles et des fonctions, mais aussi tout ce qui perturbe ce bel ordonnancement : les rêves ou les utopies, les lapsus ou les actes manqués, les mythes auxquels on ne pense pas assez aujourd’hui, les pratiques sociales et culturelles lorsqu’elles sont apparemment illogiques, l’art, l’intuition, l’oubli et la mémoire sélective…[…]
Mettre en jeu l’imaginaire des gens c’est donc perturber… Pourtant il faut défendre l’écriture plaisir ou jubilation et je dis : « attention aux gens ! ». Il est évident que cette perturbation qui est un mouvement de réorganisation des résistances du sujet, de ses habituelles façons de penser ou de se protéger, doit être mise en jeu avec prudence. Il ne s’agit pas de faire perdre pied aux participants. Il s’agit de leur faire fréquenter un rapport de maîtrise/non maîtrise dans la langue écrite qui leur fait inventer de nouvelles façons d’écrire. 

Michel Ducom (Lire l’article « De l’imaginaire et du rêve » )
L’imaginaire c’est un mouvement : celui du surgissement du réel dans le symbolique. […] C’est parce que le réel surgit dans les actes des hommes que toute l’aventure humaine se constitue pour s’en défendre par une socialisation, réponse de l’espèce au réel. Cette socialisation-l’ensemble des rapports sociaux- se cristallise dans le symbolique.  (in « l’atelier d’écriture, le pouvoir d’écrire », 1993)

Pierre Collin (Lire l’article « Etudier la langue c’est étudier l’homme » )
L’ordre symbolique agit comme un régulateur. L’imaginaire c’est ce qui permet d’aller au-delà de la langue, tirant et revitalisant la pensée. La pensée n’est qu’une  »image » du symbolique (une sorte de photographie, cela permet d’avoir accès, mais cela simplifie). Ce fonctionnement de l’imaginaire, démultipliant le pouvoir du symbolique, c’est ce qui est le plus opératoire pour l’homme. « Nous somme par essence dans le symbolique », dit Octavio Paz. L’imaginaire déséquilibre le symbolique et porte au-delà de la langue : on entre sur  »l’autre scène du symbolique », l’endroit où elle est, la langue, le lieu du risque.  »Il n’y a pas de langue heureuse » dit Aragon. La pensée est comme un flash du symbolique, qui, transformé ensuite en quelque chose de discible, est alors déjà un peu aliéné. […]
Ce qu’il faut c’est travailler sur des productions de sens : la rature, l’erreur, tout ce qui est dû aux retournements de l’imaginaire. Il nous faut inventer d’autres emplois de la parole. Une révolution de l’oralité reste à faire.  (in « l’atelier d’écriture, le pouvoir d’écrire », 1993)

Dominique Barberet (Lire l’article « Journées de Toulouse, novembre 2000 » )
Le symbolique est le filet qui permet d’attraper sans se faire mordre et sans se faire prendre par les représentants de la loi les bêtes dangereuses de l’imaginaire; il est aussi ce qui permet de les accommoder pour les rendre comestibles et pour les manger ensemble. Cette consommation est possible si on admet que le symbolique est en même temps notre pièce d’identité et notre monnaie d’échange.
J’affirme que toute pratique d’atelier d’écriture (d’écriture?) qui ne se donne pas cette pêche pour moteur (et non pas pour objectif) est une pratique élitiste, parce qu’elle tend à réduire l’activité symbolique à ses normes sociales et savantes.

Michel Cosem (Lire l’article « Pour une culture de l’imaginaire« )
On ne peut séparer le réel de l’imaginaire, chez l’enfant en particulier. L’imaginaire est une composante de sa réalité et il s’agit non de la détruire mais de l’augmenter.

par auteurs

Anita Ahunon
imageAnita
La cavale des mots (Dialogue 139)
L’atelier et la transmission de l’oeuvre poétique, à la rencontre de deux poètes : Rimbaud et Vallejo (Dialogue 136)
Dans ma tête le défi « Tous capables », Dans mes bagages, l’envie de les accompagner sur le sentier de la liberté (Dialogue 109)
« La poésie m’aura sauvé du pire…» (Dialogue 117)
On est toujours la route pour quelqu’un (Dialogue 118)

Dominique Barberet-Grandière
imageDomiiquePierre Colin nous a quitté, Dominique Barberet Grandière (Cahiers de Poèmes 73)
L’invention de l’atelier, métaphore de la création
 (le pouvoir d’écrire)

Evaluer l’écriture (Le pouvoir d’écrire)
INTIMITE DU POLITIQUE. L’atelier « exo-biographique » (Dialogue 93)
La langue de l’autre (Dialogue 88)

Yves Béal (Voir aussi le site de Soleils et cendre)
imagebeal2Ecrire. Ecrire ensemble pour vivre ensemble (Dialogue 156)
De la page blanche à la scène
 (Dia HS)

Provisions pour l’hiver (Dialogue HS)
Regard croisé sur un atelier d’écriture au collège (Dialogue 123)
Charivari poétique (Dialogue 118)
Activités pour s’initier au monde de l’écrit (Dialogue 115-116)
Ordre de poétisation général (Le pouvoir d’écrire)
Et nous délivrerons les mots. (Dialogue 85)
Ton nom c’est ton destin (Dialogue 80)

Colette Charlet
imagecoletteQuand les mots déménagent (Le pouvoir d’écrire)
A la rencontre de Marô BARBIERI, écrivain, poète, conteuse, animatrice d’ateliers (Dialogue 121)
La lettre, atelier alphabet (réconcilier poésie et pédagogie)
Atelier d’écriture et construction du sujet (Le pouvoir d’écrire)
Les orientations de l’atelier d’écriture (Le pouvoir d’écrire)

Pierre Colin (voir aussi le site des ateliers Thotem.)
imageColinLettre ouverte à quelqu’un qui n’écrit pas!
L’homme de l’an de l’autre (Dialogue 57)
Un savoir en dérangement (Dialogue 60)
Une salve contre l’habitude, Créer c’est jouer avec les contraintes (Dialogue 62)
L’égalité est ue idée neuve pour toujours ! (Dialogue 63)
Mythécriture, réenchanter le monde (Dialogue 64)
Poésie, feu rebelle (Dialogue 67)
Science et langue : »la meute chasseresse du poète »… (Dialogue 70)
L’homme se faisant, langue, sujet, concept (Dialogue 73)
Le pourquoi du désir, interculturalité, contes, mythes… (Dialogue 78)
savoir c’est créer, créer c’est apprendre (Dialogue 80)
« cahiers de poèmes » Imagine-toi la langue… (Dial 80)
Muthos : retour à la pensée, une pratique d’interculturalité en éducation (Dia 87)
Les ateliers d’écriture (Dialogue 88)
L’Odyssée de l’Ecriture (Dialogue 90)
Ecrire La Posture de l’Animateur (Dialogue 90)
Dialogues sur la création (Dialogue 90)
L’EVALUATION EN POESIE Enjeux Educatifs – Enjeux de société (Dialogue 92)
Poétique de l’hérésie
La « poésie » est inadmissible
culture(s) et barbarie(s) La nouvelle Alliance (Dial 104)
La création de soi, « l’argonaute s’appelle personne » (Dialogue 111)
Le fabulaire du lectorant, la lecture est une oeuvre d’art (Dialogue 115)
La guerre des imaginaires (Dialogue 117)
Poétique et cybermondes, quand la poésie déménage (Dialogue 131)
Quelles pratiques pour une autre école ? Ateliers d’écriture (Réconcilier poésie et pédagogie)
Atelier de lecture  (Réconcilier poésie et pédagogie)
Moi, le nombrant (Réconcilier poésie et pédagogie)
Mytécriture (Réconcilier poésie et pédagogie)
le corps brûlant de milliards de fêtes (Réconcilier poésie et pédagogie)
La métaphore (Réconcilier poésie et pédagogie)
La fête du signifiant (Le pouvoir d’écrire)
Ecriture et projet (Le pouvoir d’écrire)
Le temps d’écrire (Le pouvoir d’écrire)
Ode à la joie (Le pouvoir d’écrire)
Pour le plaisir d’écrire (Le pouvoir d’écrire)
Egalité, une pédagogie de l’imaginaire (Le pouvoir d’écrire)
désir d’écrire, écriture du désir (Le pouvoir d’écrire)
L’auto-portrait (L’hôte au portrait) (Le pouvoir d’écrire)
Ecrire (Le pouvoir d’écrire)

Michel Cosem
imagecosemAtelier de poésie à partir du texte de Michel Cosem, Réconcilier poésie et pédagogie, 1991
La poésie à l’école, Réconcilier poésie et pédagogie, 1991
Débat avec Michel Cosem l’atelier d’écriture, le pouvoir d’écrire
Une langue en travail, Dialogue 37 Michel Cosem

Patricia Cros
 imagePatriciaCorps mouvant, corps écrivant (Cahiers de Poèmes 73)
Métaphore en maternelle (Dialogue 154)
Qu’est ce qui dans l’Oeuvre, met le sujet à l’œuvre ? (Dialogue 156)

 

Michel Ducom
ImageDucom1Le développement des ateliers d’écriture (Dialogue 137)
Relevons la tête

Les ateliers d’écriture naissent politiques
Rôle de l’animateur
Travailler l’étonnement
Processus de création
Pensée et création
Nouvelle politique publique
Félix Castan a ouvert d’immenses chantiers (Dialogue 99)
La poésie a deux visages (dialogue 117)
Engagement et Atelier d’écriture (Dialogue 95)
Les ateliers et l’imaginaire : mises au point et cartes sur tables ! (Dialogue 90)
Quelles pratiques pour une autre école ? Ateliers d’écriture (réconcilier poésie et pédagogie)
L’erreur dans l’écrit : la rature ou le sujet de l’erreur (Réconcilier poésie et pédagogie)
Mythes et transformation du monde (Le pouvoir d’écrire)
Les mythes (cahier de poèmes 54)
De l’imaginaire et du rêve (le pouvoir d’écrire)
Dessins de marge (le pouvoir d’écrire)
L’écriture est une forme de la pensée
Le pouvoir d’écrire (le pouvoir d’écrire)
Des marches aux seuils de l’atelier (Dialogue 37)
Veillée d’armes (Dialogue 37)

Interviews de Bernard Lubat par Michel Ducom
Je me travaille à la liberté ! (Dialogue 118)
cultivatures et créactions (Dialogue 104)
Engager la mémoire en marche, la pédagogie et la création (Dialogue 95)
L’autre est civilisateur (Dialogue 80)

Stéphanie Fouquet
imageStéphanieMémoire de Master 2, UPEC
De la transformée de Laplace à l’atelier d’écriture

Atelier de mise en voix
 (Dialogue 156)
Le corps, l’écrit, ça n’allait pas de soi
 (Cahiers de Po 73)

Chantier Mot & Sique, (Cahiers de Poèmes 73)
Interview d’Eric Baudet (Cahiers de Poèmes 73)
Ateliers d’écriture dans le cadre de regroupements d’adaptation (Dialogue 148)
Passer au crible ou décrypter l’écrit (Dialogue HS)
Travailler l’imaginaire en famille ? Quand les ateliers d’écriture du GFEN, rencontrent la CSF !  (Dialogue 146)

Annie Gleyroux
imageannieQui écrit l’histoire ? (Dialogue 109)
Poésie, baroque et liberté (Dialogue 117)
La langue du sujet : un enjeu collectif (Dialogue 124)

 


Christine Jeansous

imagechristineAtelier de création poétique A propos de l’acte d’écrire (Dialogue HS)
Écrire ses pratiques, un pouvoir d’action sur le réel à démultiplier (Dialogue 139)
A la rencontre d’un poète : Pierre Colin. Ecriture, lecture en CM2 (Dialogue 132)
Langue(s), un bien partagé ? (Dialogue 124)
Culture, civique, éthique, politique exemples d’actions culturelles (Dialogue 104)

Sylviane Maillet
Écriture – culture – aventure, Dialogue 145
Atelier ardoise et carton, aide ou coopération ?, Dialogue 135
Photocopie du quotidien, Dialogue 134
Petit théâtre d’objets, Dialogue 132
Rencontre avec les mots des autres, Dialogue 90
Les techniques : enfin une solution à vos problèmes d’écriture !, Les ateliers d’écriture, le pouvoir d’écrire.

Méryl Marchetti
image_MerylUn effet imprévu des TAP (Cahiers de poèmes 73)
5 proportions de l’improvisation (Cahiers de Po. 73)
Edito, Méryl Marchetti (Cahier de poèmes 73)
J’aime pas l’odeur du calfat, j’aime lire les hors-sujet (Dialogue 115)
Ateliers d’écriture : beaucoup de choses à se contre-dire (Dialogue 117)
Ce livre qui n’existe pas (Dialogue 156)
Vers l’atelier mutantiste (Dialogue 153)
La création n’est pas la cerise sur le gâteau (Lettre d’information aux adhérents du GFEN)
Intervention sur France culture

 

Josette Marty
imageJosetteNotes de lecture, poèmes de Michel Lac (Cahiers et Poèmes 73)
Ouverture vers l’orient (Dialogue 137)
L’atelier et la transmission de l’oeuvre poétique, à la rencontre de deux poètes : Rimbaud et Vallejo (Dia 136)
Petite méditation sur nos babels intérieures Où les sujets sont-ils trahis ? (Dialogue 124)
Atelier d’écriture et démarche d’auto-socio-construction, Quelles proximités ? (Dialogue 120)
Petite adresse à (Dialogue 117)
Ecrits pour de jeunes poètes (Dialogue 117)
L’atelier d’écriture, lieu de rupture pour le sujet écrivant (Le pouvoir d’écrire)
Atelier d’écriture et construction du sujet,  (Le pouvoir d’écrire)
La narrativité : dire le monde pour le savoir (Dialogue 109)
Au commencement du tous capables dans l’écriture (Dialogue 109)
Le rap et la rime, un aperçu d’atelier (Dialogue 104)
L’infatigable voyageur (Dialogue 102)
Lire les brouillons d’enfants (Dialogue 96)
ENGAGÉE EN LITTÉRATURE…(Dialogue 95)
Déplier les signes, renouer le sens : la création comme travail du sujet (Dia 84)

Odette et Michel Neumayer
ImageNeumayer
Entre papier et internet (Dialogue 137)
Le système monde côté coeur, les apports de l’imaginaire (Dialogue 133)

La dialectique du centre et de la marge. Dans les parages d’Alechinsky (Dialgie HS)
Les ateliers de création dans les dispositifs d’accompagnement à la scolarité : un luxe ? Un loisir ? Une nécessité ?
 (Dialogue 126)
CONSTITUER LE POINT DE VUE DU TRAVAIL, UN ENJEU MAJEUR (Dia 124)
En quoi la poésie nous aide-t-elle à vivre ? Eloge de la récitation (Dialogue 117)
ATELIER « COSMOGONIES » (Dialogue 114)
La citoyenneté au féminin
 (Dia 109)
ATELIER « LES MOTS GARDENT LA MÉMOIRE » (Dialogue 107)
« CHAOS-MONDE » Une écriture et une réflexion dans les parages d’Edouard Glissant (Dialogue 98)
LE CONTE HYPERTEXTE (Dialogue 98)
Dix ans en Filigranes (Dialogue 80)
Poétique de la fabrication
A propos du fragment
L’atelier comme fiction  (Réconcilier poésie et pédagogie)
Traduire la langue des rêves  (Réconcilier poésie et pédagogie)

Ecrire dans les parages du texte, O et M Neumayer (Le pouvoir d’écrire)
Le mentir vrai, O et M Neumayer  (Le pouvoir d’écrire)
Sindbad le marin, O M Neumayer (Le pouvoir d’écrire)

Michel Perrin
imagePerrin« Ça parle dans ma tête, ça écrit dans ta main… », Dialogue 90
Mythes et créations enfantine, Réconcilier poésie et pédagogie, 1991
Mythes, rêves et création picturale, Dialogue 80
Atelier « Molas » avec Michel Perrin, Rêve, Mythe, Rite et Création, Dialogue 80

 

Odette Toulet
Variations en anamorphoses, Dialogue 117
De Fin’Amors aux leys d’Amors L’émergence de la culture au sein d’une société dominante, Dialogue 104
Ecrire, comme on part en voyage…, Dialogue 95
L’acte d’écrire, Dialogue 64
Un livre pour quoi faire, Un livre pour quoi faire, Odette Anna Toulet
Ecrire est un acte L’atelier d’écriture, le pouvoir d’écrire

Ecrire l’écart L’atelier d’écriture, le pouvoir d’écrire

Henri Tramoy (Voir aussi le site de Soleils et cendre)
imageHenriEcrire, lire, éditer la « poésie » : une pratique contre l’accusation d’élitisme hermétique,(Dialogue 117)
ATELIER D’ÉCRITURE : SAVOIR ANIMER SE TRANSMET-IL ? (Dialogue 89)
soleils et cendre, une pratique de revue (Dialogue 80)