Tous les articles par stephadmin

programmation des ateliers ôdébi

Programmation 2015-2016
Ateliers ôdébi

MJC Cordier,
Avenue du Vercors au Mée / Seine,
les samedis de 14h30 à 17h30

Samedi 26 septembre : atelier découverte
Pour tous ceux qui veulent découvrir l’atelier d’écriture, se redécouvrir en train d’écrire. Si découvrir signifie « ouvrir une oreille sur l’inconnu ». Alors l’atelier d’écriture déliera notre langue, pour la mettre en travail, pour écrire ensemble des textes étonnants. 

Samedi 10 octobre : atelier «marelle»
Ce jeu qui a traversé notre enfance, ces cases sur lesquelles on a sauté à cloche pied… Joindre la terre au ciel en jouant à l’équilibriste… Et si ce jeu d’enfance pouvait délier notre plume. Case après case, nous découvrirons une dynamique de création surprenante.

Samedi 28 novembre : atelier «contes»
Un conte s’invente, se déforme, se réinvente. Aventure orale avant tout, le conte nous façonne depuis tout petit. Et pourtant, parfois, le fil d’une narration peut nous amener à écrire…

Samedi 12 décembre : atelier «lettre de motivation»
Il y a des écrits qui ont besoin de nos ailes, et des imaginaires qui se construisent sur la vie réelle. La lettre de motivation en fera les frais, elle nous dévoilera ses mystères.

Samedi 23 janvier : improvisation poétique
Ce que l’improvisation a à voir avec l’écriture. Cet atelier d’écriture nous ouvrira les portes de l’improvisation poétique orale…

Samedi 6 février : atelier «bateliers»
Que nous apprennent les bateliers ? Une écriture sur fleuve, en cheminement entre deux berges, où les escales jalonnent le cours de la vie. Et si on s’octroyait un temps en suspension entre passé et présent, le temps de voir passer les péniches…

Samedi 12 mars : trois heures, une œuvre
Les ateliers sont des défis, ceux de mettre en jeu des processus de création. Alors on lance le défi. Trois heures, le temps de l’atelier. Et si le temps, la réduction du temps, le manque de temps nous permettait de faire oeuvre ?

Samedi 9 avril : théâtre d’objets et écriture
Quand le théâtre d’objet déplace notre regard jusqu’au fond des choses. Amenez un objet du quotidien. Il prendra une dimension que vous ne soupçonnez pas…

Samedi 28 mai : odeurs et écriture
L’odeur prise comme déclencheur d’écriture. Déclencheur olfactif ! Est-ce bien raisonnable ? Vous ne pouvez pas imaginer tout ce que votre nez peut vous donner à écrire.

Samedi 25 juin : le corps écrit ?
Mais qu’en est-il du corps dans le processus de création ? Cet atelier d’écriture et de mise en espace nous permet d’éprouver des situations où le corps et l’écrit peuvent s’imbriquer et ouvrir des possibles.

L’inscription se fait pour un seul atelier à la fois, quelques jours avant celui-ci par mail ou au 01 60 66 63 39
Tarifs : adhérent ô débi 4 € , non adhérent 6 €

Savoir et création – Dialogue n°156

Dialogue n° 156 – Savoir et création :
un couple indissociable ?

dial_156_rdt
Peut-on construire des savoirs sans faire acte de création ? Peut-on faire acte de création sans construire ses savoirs ? Ces questions qui interrogent, traversent le GFEN depuis de nombreuses années, sont reprises dans ce numéro.

N’y aurait-il pas un noyau central inhérent à l’activité humaine, dont la création et la construction de savoirs seraient les deux pôles. L’homme a besoin de ses deux jambes pour marcher. Il a surtout besoin du déséquilibre qu’entraîne l’articulation de ses deux jambes pour avancer. N’en serait-il pas de même pour savoir et création ?

Que l’on interroge le travail d’une oeuvre ou la construction d’un savoir, un mouvement, un déplacement s’opère, oblige à ouvrir une autre appréhension du monde. Chacun de ces pôles sont des articulations essentielles pour mettre en mouvement notre pensée, notre engagement dans la pensée.

En quoi ces ressorts d’émancipation nous semblent-ils essentiels ? Comment croiser les diverses approches portées par le mouvement pour que, sur tous les terrains (scolaire, éducatif, culturel), chacun puisse être acteur, transformateur, porteur d’émancipation pour chacun d’entre nous ? Quels espaces construire ensemble pour permettre d’inventer de nouvelles démarches de création, de construction de savoirs ?

Articuler création et savoir, c’est permettre de découvrir nos potentiels d’imaginaire en construction constante grâce aux perturbations causées par les autres, grâce aux dérangements et déplacements qu’ils provoquent dans notre compréhension du monde. Ces déplacements sont nécessaires dans les lieux éducatifs, même s’ils dérangent. Ne serait-ce pas un moyen de dépasser les obscurantismes qui nous étouffent ?